• slidebg1
    Diététique comportementale
    Aymeric de Poyen - Diététicien Nutritionniste
    Prendre soin de vous, tout en faisant la paix avec votre corps et vos envies.

Paléo, végétarisme : que mangeaient vraiment nos ancêtres ?

Le 12.08.2017

Depuis quelques années, les tenants d'un régime principalement carnivore dit "paléo" et les végétariens se livrent une lutte acharnée dans les médias et sur les réseaux sociaux. De nombreux arguments sont avancés par chaque camp pour affirmer la supériorité de son mode alimentaire sur l’autre. Dernièrement, de plus en plus de ces arguments ont porté sur la légitimité physiologique du carnivorisme d’un côté ou du végétarisme de l’autre.

Nos ancêtres ne s'y retrouveraient plus !
Ainsi, pour les défenseurs du courant paléo, leur régime alimentaire ne serait autre que celui de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs avant l’agriculture (apparue il y a environ dix mille ans) et qui auraient échappé aux maladies modernes « de civilisation » qui nous affligent aujourd’hui. D’après eux, il est donc naturel de faire la part belle à la viande, aux fruits et aux noix (le régime supposé du chasseur-cueilleur moyen), en évitant les céréales, les produits laitiers, et bien sûr le sucre et les produits transformés, qui n’existaient pas à l’époque [1]. Quant aux végétariens, ils avancent, entre autres arguments, le fait que l’être humain n’a pas l’instinct de chasse qu’on retrouve chez les animaux carnivores, et que sa dentition et son système digestif seraient typiques d’un animal herbivore et tout à fait inadapté à l’ingestion de produits carnés [2].

Tous ces arguments ont déjà été largement réfutés [1]. On sait très bien que le "régime-type" du chasseur-cueilleur n'existe pas, les tribus aborigènes du Vénézuéla (par exemple) ayant un régime très différent de celui de certaines tribus sud-africaines. A l'inverse, le simple fait de remarquer que l'être humain dispose des atouts anatomiques propices à la consommation d'un certain nombre de végétaux n'implique en rien qu'il doive forcément être incapable de consommer de la viande pour autant.
En revanche, il existe un autre aspect physiologique intéressant dont on parle beaucoup moins : l’acidité de l’estomac humain. En effet, à la lumière de cette acidité, il se pourrait que nos ancêtres aient eu des comportements charognards !

Ainsi, dans une étude portant sur « l’évolution de l’acidité gastrique et ses implications pour le microbiome humain » [3], une équipe de chercheurs universitaires s'est penchée sur le niveau d’acidité de l’estomac d’une soixantaine d’espèces animales. Il en ressort que les niveaux d’acidité les plus marqués correspondent aux espèces carnivores et charognardes, tandis que les niveaux d’acidité faibles sont associés aux espèces herbivores. Ceci pourrait s’expliquer, d’après eux, par le rôle de « désinfectant » que jouent les sucs gastriques acides libérés par l’estomac lors de la digestion.

En effet, les agents pathogènes sont beaucoup plus nombreux dans la viande (a fortiori lorsqu’elle est en décomposition) que dans les fruits et les plantes. Les espèces carnivores et charognardes éliminent ces pathogènes grâce à un pH gastrique très acide, alors que les herbivores n’ont pas besoin d’une telle acidité. Bien plus, il leur est plutôt favorable d’avoir un estomac qui ne tue pas trop de bactéries, ces dernières étant nécessaires aux ruminants.

Or, les auteurs font remarquer que le pH très acide de l’estomac humain le rapproche beaucoup plus des animaux carnivores, voire des charognards, que des herbivores. Ainsi le pH gastrique chez l’Homme a été mesuré à 1,5, alors que chez le vautour africain, charognard par excellence, il est de 1,3. En cela, les humains sont très différents de certains grands singes, dont le pH gastrique est beaucoup moins acide (3,7 chez le babouin, pourtant lui-même omnivore). Pour expliquer une telle acidité chez l’Homme, ils émettent donc l’hypothèse que nos ancêtres humains ont peut-être été ni de purs carnivores, ni des végétariens, mais plutôt des omnivores parfois charognards. Une donnée qui permet de porter un nouveau regard sur ce débat interminable !

Babouin mangeant de la viande

Sources
[1] Jabr, Ferris. How to really eat like a hunter-gatherer: why the Paleo diet is half-baked. The Scientific American. 2013 (en anglais).
[2] Gary Yourofsky, "Le discours le plus important de votre vie" (vidéo Youtube, en anglais sous-titré en français).
[3] Beasley DE, Koltz AM, Lambert JE, Fierer N, Dunn RR. The Evolution of Stomach Acidity and Its Relevance to the Human Microbiome. Li X, ed. PLoS ONE. 2015;10(7):e0134116. Disponible (en anglais) en version complète et gratuite sur : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4519257/

Réactions, remarques, corrections : montpellierdiet@gmail.com. Merci !

Retour aux articles

Menu